Aller au contenu
DeusPower | Anabolisant de qualité pour Athletes confirmés

Musclesfax | Anabolisant de qualité pour Athletes confirmés

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'dianabol'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Sponsors
    • Bannières
  • Avant tout...
    • Présentation (présentation obligatoire pour tout les nouveaux inscrits)
    • Les Règles
  • Underground
    • Les Sources
  • La Fonte
    • Programme d'entrainement
    • Exercices et Techniques de musculation
    • Photo des Membres
    • Carnet Training
    • Autres
  • Le Poids de Corps
    • Methode Lafay
    • Crossfit
    • Street Workout & TRX
    • Photo des membres
  • Nutrition
    • Questions
    • Prise de Masse
    • Regime / Sèche
    • Études scientifiques et cliniques sur les compléments alimentaires
    • Les Complements
    • Les Recettes
    • Carnet Nutrition
    • Santé
  • Les Stéroïdes Anabolisants
    • Profil des stéroïdes anabolisants
    • Les stéroïdes anabolisants
    • Les Hormones
    • PCT / Relance
    • Les labos
    • Vos Cures
    • Carnet de Cure
    • SARMS
    • Autres
  • Compétition
    • Préparation
    • Bodybuilders Pro / Fitness Models
    • Powerlifters
  • Le Bistrot
    • Discussions Générales
    • Achat / Vente
    • Autres Sports
    • Le Matériel de Musculation
    • Blessures
    • Concours entre Membres
    • Votre Salle / Votre GymClub

11 résultats trouvés

  1. garder sa force apres cure

    petite message pour avoir un peut vos avis tout le monde c'est qu' en cure de stéroïdes, le gain de force et impressionnant mais une fois OFF, que faite vous pour garder un minimum cette force ? les peptides peuvent il aider ? pro hormones ?
  2. article super intéressant a lire et a donner votre avis ; ) Dopage : effet long terme des stéroïdes sur les muscles ?! Une étude de chercheurs norvégiens sur des rongeurs laisse entendre que les muscles conserveraient très longtemps le bénéfice d’un dopage aux stéroïdes. De quoi expliquer les performances actuelles du sprinteur américain Justin Gatlin, contrôlé positif à la testostérone en 2006 ? DANS LEUR LABORATOIRE de l’institut des sciences de la vie, sur le campus de l’université d’Oslo, le professeur Kristian Gundersen et son équipe ne s’imaginaient pas que leurs travaux s’inviteraient un jour dans le débat sur le dopage. Spécialisés dans la recherche sur les mécanismes musculaires, ils ont publié en octobre 2013 une étude qu’il est pourtant difficile de ne pas associer aujourd’hui à Justin Gatlin. Le cas du sprinteur américain, jugé « très intéressant » par le professeur Gundersen, réunit un grand nombre de critères de son étude réalisée sur des souris : Gatlin a un passé reconnu de dopage à la testostérone (stéroïde anabolisant), a purgé une suspension de quatre ans (2006-2010), et vient de battre, à trente-trois ans, son record personnel sur 100 m (9 »74 le 15 mai dernier à Doha).« Si Gatlin peut courir plus vite qu’en 2006 et qu’il n’est pas dopé aujourd’hui, alors c’est vraiment dur de penser que son dopage de 2006 ne continue pas de produire des effets aujourd’hui », résume le chercheur norvégien, Jo Bruusgaard, en se basant sur ses expériences sur les souris. 1. SOURIS SAINES CONTRE SOURIS GONFLÉES AUX STéROÏDES Les fibres musculaires contiennent de multiples noyaux cellulaires. En période de musculation, par l’entraînement ou par le recours à des stéroïdes, le nombre de ces noyaux augmente, ce qui contribue à renforcer la masse musculaire d’un individu. Elle diminue ensuite progressivement quand l’entraînement ou la cure cesse, jusqu’à retrouver un niveau normal. Les chercheurs norvégiens ont voulu étudier le processus d’élimination des noyaux apparus pendant la période de musculation. Ils ont injecté à un groupe de souris des stéroïdes pendant deux semaines (période dite de musculation). «Nous avons utilisé les stéroïdes seulement comme un moyen d’obtenir un vrai cycle de musculation chez ces souris. Nous n’avions aucune ambition en matière de recherche sur le dopage », explique Jo Bruusgaard, qui fait partie de l’équipe du professeur Gundersen. Les Norvégiens ont ensuite arrêté le traitement et tout entraînement pendant trois mois, un délai très long pour une souris, dont la durée de vie est de deux ans. Ils ont ensuite soumis à un réentraînement, sans stéroïdes, le groupe de souris qui en avait reçus, ainsi qu’un autre groupe de souris saines. 2. LA MASSE MUSCULAIRE DES RONGEURS DOPÉS A AUGMENTÉ DE 36 % Pendant les six premiers jours de réentraînement, les rongeurs qui avaient bénéficié de la cure de stéroïdes trois mois auparavant ont augmenté leur masse musculaire de 36 %, contre 6% pour les rongeurs sains. Cette différence remarquable s’explique par le fait que les noyaux cellulaires créés lors de la première période de musculation n’ont en fait pas disparu, comme Jo Bruusgaard le pensait initialement : «Nous avons découvert que les noyaux cellulaires restent dans la fibre musculaire même lorsque ­celle-ci redevient toute fine, y compris ceux qui sont apparus grâce à l’entraînement ou à la prise de stéroïdes. Nous avons passé six mois à vérifier cela en répétant l’opération, car on pensait qu’il y avait une erreur. » Pendant les deux semaines suivantes de réentraînement, les deux groupes de souris augmentent leur masse musculaire dans la même proportion. L’équipe de chercheurs ignore si, en termes de masse musculaire, le groupe de souris non dopées finit par rattraper à plus long terme celles qui ont bénéficié de stéroïdes. 3. LES NOYAUX CELLULAIRES, ACQUIS GRÂCE AU DOPAGE, NE DISPARAISSENT JAMAIS Les chercheurs norvégiens ont ainsi montré que des souris dopées aux stéroïdes sur une période relativement courte bénéficient encore de cette prise hormonale même après une longue pause, parce que les noyaux cellulaires ainsi créés ne disparaissent pas et qu’ils peuvent donc servir de nouveau lors d’une reprise de l’entraînement. Si ce résultat est transposable à l’homme, ce qui reste à démontrer, et qu’on estime que trois mois dans la vie d’une souris correspondent environ à une décennie dans la vie d’un homme (un huitième de l’espérance de vie), cela signifie qu’un athlète dopé aux stéroïdes, même sur une courte période, pourrait encore en tirer un bénéfice de nombreuses années plus tard, peut-être plusieurs décennies, potentiellement à vie. Soit une durée bien plus importante que celle d’une suspension pour dopage, plafonnée à quatre ans. Si elle était vérifiée chez l’homme, cette hypothèse remettrait en cause toute la problématique de détection du dopage aux anabolisants : comment savoir si un athlète âgé de vingt-cinq ou trente ans ne tire pas les bénéfices d’un recours aux stéroïdes lorsqu’il avait dix-sept ans, un âge où il n’aura subi aucun contrôle antidopage ? « Il faudrait peut-être alors déterminer un plafond, un taux de noyaux cellulaires à ne pas dépasser, et pratiquer des biopsies sur tous les athlètes, s’avance le professeur Gundersen. Avec toujours le problème que certaines personnes peuvent avoir un taux naturellement plus élevé que les autres… » 4. LES RECHERCHES SUR LES SOURIS SONT-ELLES TRANSPOSABLES CHEZ L’HOMME ? Le docteur français Olivier Rabin, directeur du département scientifique de l’Agence mondiale antidopage (AMA), se montre très prudent sur l’étude norvégienne : « Il faut raison garder. On sait faire plein de manipulations pharmacologiques ou génétiques sur les souris qui ne fonctionnent pas sur l’homme. Pour le moment, on ne sait pas si le phénomène décrit est transposable à l’homme. L’AMA travaille actuellement sur cette hypothèse avec une autre équipe scandinave. Cela a déjà été compliqué de faire passer les suspensions pour dopage de deux à quatre ans. Pour aller au-delà, il faudra des bases scienti­fiques solides, suffisamment d’avis d’experts pour passer d’une hypothèse à une certitude. On n’en est pas là. Les performances de Gatlin m’interpellent, mais l’état de la science aujourd’hui ne permet pas de faire un lien entre prise de substances dans le passé et performances actuelles. » L’équipe du professeur Gundersen travaille, elle aussi, à vérifier sur des ­hommes que le nombre de noyaux cellulaires ne diminue pas quand la fibre musculaire se réduit. Le Norvégien n’a toutefois « aucune raison de penser que le résultat puisse être différent, car il s’agit ici de mécanismes fondamentaux qui sont très semblables entre les hommes et les animaux. Cela reste à vérifier, mais une conclusion similaire chez l’homme est probable ». Le chercheur norvégien soulève surtout une question essentielle, plus politique : « Doit-on attendre d’être certains que ce phénomène vaut aussi pour l’être humain avant de décider d’allonger les périodes de suspension, ou doit-on prendre ces décisions avant d’en être sûr, par précaution ? » Olivier Rabin lui répond en indiquant que « le principe de précaution est assez ancré dans la culture française, beaucoup moins dans d’autres pays, et l’AMA travaille sur une échelle mondiale ». En attendant, Justin Gatlin court toujours. GRÉGORY TERVEL La phrase « Je pense depuis longtemps que les produits dopants ont un effet à long terme » Sebastian COE, candidat à la présidence de l’IAAF. « Depuis vingt ans, tous les experts en biochimie et physiologie que je rencontre disent que c’est certainement le cas. L’effet n’est pas éphémère et on le voit depuis longtemps dans les performances des athlètes. Pour différentes raisons, notamment légales, la suspension à vie ne peut être soutenue. Mais je pense que les sanctions doivent prendre en considération les effets durables que le dopage peut avoir sur une carrière, même quand un athlète est “propre”. » source : http://sos-addictions.org/actualite-des-addictions/dopage-effet-long-terme-des-steroides-sur-les-muscles
  3. Hipocampus.me

    Bonjour a tous, Voici le nouveau sponsor du forum ! Si jamais vous avez des questions sur leurs produits ou n'importe quel interrogation, c'est ici que ca se passe. hipocampus (ou un administrateur) passera sur le forum afin de repondre aux questions nous sommes également en négociations pour un code promo forum http://www.hipocampus.me/ cordialement
  4. Quelles sont les choses les plus basiques à éviter lorsqu’on programme un cycle de stéroïdes anabolisants? Pour résumer rapidemnet, évitez: De créer des situations qui vont probablement appauvrir la récupération de la production de testostérone naturelle Les situations où les taux d’oestrogènes sont élevés et hors de contrôle L’utilisation excessivement prolongée de stéroïdes alkyls L’utilisation inefficace du temps. La première considération est affectée par la longueur du cycle. D’après mes observations, les très courts cycles de seulement 2 semaines n’entrainent jamais de problèmes de récupération de la production de testostérone naturelle. En ce qui concerne la longueur typique des cycles, je n’ai jamais observé de troubles avec 6 semaines bien que la récupération puisse prendre une semaine ou deux et qu’elle est plus rapide qu’avec un cycle de 8 semaines. Des cycles de 8 semaines entrainent rarement un ralentissement de la récupération, tandis que la fréquence augmente pour des cycles de 10 semaines. Des cycles de 12 semaines sont acceptables mais apportent plus une lenteur de la récupération. Au-delà de 12 semaines, la lenteur de la récupération est encore plus sûre. Deuxièmement, il faut considérer la récupération de la production pour éviter une éventuelle atrophie testiculaire. Avec des longueurs de cycles n’excédant pas 8 semaines, il est rare d’avoir ce problème. Chacun pourrait choisir, cependant, d’utiliser de l’HCG comme garantie au cours du cycle ou pendant les dernières semaines. Lorsque la durée du cycle excède ces 8 semaines, je recommande vivement cette prise d’HCG pour éviter l’atrophie testiculaire. Une troisième considération consiste à éviter l’utilisation du Deca. Si on en a besoin pour les articulations, il vaut mieux éviter les dosages au dessus de 100 mg/semaine et même idéalement un peu moins. Dernièrement, en ce sens, évitez tout échec de la thérapie en post-cycle. Les taux élevés d’oestrogènes sont causés par une utilisation relativement accrue de composés aromatiques. Une méthode de contrôle consiste à utiliser un anti-aromatase dosé de manière à maintenir l’œstrogène à des taux normaux. Une autre, moins recommandée, consiste à utiliser un MSRE pour bloquer l’effet de la concentration élevée des oestrogènes sur les tissus tels que les tissus mammaires. Soit vous utilisez principalement des stéroïdes non-aromatisants et des stéroïdes aromatisants à des doses que vous supportez personnellement, soit vous utilisez plus de stéroïdes aromatisants, puis vous utilisez un anti-aromatase comme le letrozole ou l’Arimidex. En ce qui concerne la sécurité du foie, il vaut mieux éviter d’utiliser des stéroïdes alkylés pendant plus de 6 semaines, 8 semaines tout au plus. Une durée de six semaines constitue véritablement l’approche la plus conservative. Les cycles peuvent être programmés lorsque le dosage des produits injectables est au plus haut pendant les cycles sans produits oraux, ainsi grâce à cette précaution, les gains n’auront pas du tout à être compromis. En ce qui concerne l’efficacité de l’usage dans le temps, éviter de perdre plus de temps que nécessaire à des taux qui sont moindres que ceux que vous avez choisi pour l’efficacité anabolique, et pourtant encore trop élevés pour permettre la récupération. Il existe une méthode extrêmement importante pour augmenter l’efficacité qui est de faire un frontload le jour 1 du cycle. Si on ne réussit pas à le faire, on perd couramment les trois premières semaines du cycle. Une deuxième méthode consiste à utiliser des stéroïdes d’action plus courte à la fin d’un cycle, ou durant le cycle, pour faire une transition rapide entre les concentrations anaboliquement efficaces et celles qui permettent la récupération.
  5. globalsteroids

    bonjours les amis voila une nouvelle source qui commence a faire parler d'elle http://globalsteroids.ru/fr/ les pris sont très correcte , le suivis des commandes clair et précis et l'envoi et la livraison fut rapide d'apres les feeds et je peux dire aussi que notre amis moug a deja passé commande chez eux, il pourra donner des précisions
  6. Dbol pré workout / low dose

    salut les gars alors je regarde souvent et j'essaye de trouver d'autre information sur les aas autre quand cure... comment sa ?? oui, est il possible d'utiliser les aas a faible dose durant X semaines pour ne pas avoir a déranger l'axe... donc ne pas faire de pct par la suite... non je ne cherche pas de bridge... juste une utilisation différente des aas alors en regardant beaucoup je vais essayer le dianabol a seulement 10mg / jour la prise se fera la matin et ceci durant x semaine je dirais entre 6 et 8 semaines certains sentent une congestion, legere prise de force et un gains de poids également... d'autre rien... effet placebo ?? je vais essayer pour m'en rendre compte début du teste surement septembre a vos claviers et vos avis et aides personnelles
  7. Musclesfax.in

    Hello a tous, Voici le nouveau sponsor du forum ! Si jamais vous avez des questions sur leurs produits ou n'importe quel interrogation, c'est ici que ca se passe. Musclesfax (ou moi meme) passera sur le forum afin de repondre aux questions Cdt https://musclesfax.com
  8. Caractéristiques : :rating_on: :rating_on: :rating_on: :rating_on: Gain de Force :rating_on: :rating_on: :rating_on: :rating_on: Gain de masse et de Poids :rating_on: :rating_on: :rating_on: :rating_on: Rétention d'eau :rating_on: :rating_on: :rating_on: :rating_on: Toxique hépatique :rating_on: :rating_on: :rating_on: :rating_off: :rating_off: Effets Secondaires :rating_on: :rating_on: :rating_on: :rating_off: :rating_off: Risque d'aromatisation :rating_on: :rating_off: :rating_off: :rating_off: Conservation des gains acquis :rating_on: :rating_off: :rating_off: :rating_off: :rating_off: Coût :rating_off: :rating_off: :rating_off: :rating_off: :rating_off: Brûleur de graisse :rating_off: :rating_off: :rating_off: :rating_off: :rating_off: Préparations concours :rating_off: :rating_off: :rating_off: :rating_off: :rating_off: Suppression d'appétit Dosage moyen : 20-50 mg / jour Dosage moyen : 5-10 mg / jour Déglutition : Plusieurs fois par jour Durée de cure : 6 à 8 semaines. 4 à 6 semaines pour les femmes Demie vie : 4,5 à 6 heures Délai de détection : 5 à 6 semaines Présentation : Le Dianabol est le nom commercial du Méthandrosténolone du laboratoire Ciba-Geigy. Le Diana est en fait le deuxième stéroïde développé, avant les années 60, après la testostérone elle-même. Ce produit est maintenant interdit dans de nombreux pays, bien qu'on le trouve encore fabriqué et commercialisé sous le nom de Reforvit-b, au Mexique. Avantage/inconvénients : Le Dianabol est un stéroïde oral ayant un grand effet sur le métabolisme de la protéine. Le Dianabol provoque un effet anabolique et androgène qui permet un énorme gain de force et de masse. La rétention d'eau est forte, si bien qu’après l'arrêt de la cure, une perte de poids importante aura lieu Cette rétention d'eau peut provoquer de l´hypertension chez certains. Le Dianabol peut s'utiliser seul, ou avec des stéroïdes injectables. Recommandations : Kickstart : Le Dianabol peut-être utilisé au début d’un cycle de stéroïdes injectables, durant les 4 à 6 premières semaines. Il permet d'avoir rapidement les effets positifs des anabolisants, tandis que les injectables s’accumulent dans l'organisme. Plus la dose journalière est élevée, plus il faut répartir les prises dans la journée. Comme la plus part des anabolisants oraux, du fait de leur toxicité hépatique (radical méthyle en 17-α), il ne faut pas le stacker avec un autre oral. Il est nécessaire de prendre une protection pour le foie. PCT : Comme avec n’importe quel stéroïde anabolisant, la prise de Dianabol doit être suivie d’une relance PCT, en fin de cycle. Après l'utilisation du Dianabol, il faut attendre la moitié de la durée d'utilisation sans prendre de stéroïde oral pour préserver le foie. Par exemple, après une cure de 6 semaines, ne pas prendre d'oraux durant les 3 semaines consécutives. Idées de Stack : Testostérone Enanthate, Deca-Durabolin : Le Dianabol associé à l'un des deux, voire aux deux molécules permet une prise de masse rapide et spectaculaire. La rétention d'eau sera forte et le résultat sera "gonflé". Primobolan et Winstrol : Ce Stack de 3 molécules permettra un gain moins spectaculaire mais de meilleure qualité. Cet article est publié à titre purement informatif, il est issu uniquement de lectures. Il ne doit en aucun cas se soustraire à un réel avis médical.
  9. http://www.canalplus.fr/c-infos-documentaires/pid3847-c-la-nouvelle-edition.html?vid=928100&sc_cmpid=SharePlayerEmbed - Quelques infos intéressante sur les douanes - Un ramassi de connerie, notamment sur le plateau (Clin d'oeil a Mega-Gear huile d'olive)
  10. ARL

    Source : ARL Mail : arleurope@anonymousspeech.com
  11. Mutant Gear France

    Source : Mutant Gear Mail : ICI
×