Aller au contenu
BrutalGorilla | Anabolisant de qualité pour Athletes confirmés

Musclesfax | Anabolisant de qualité pour Athletes confirmés

Prohormones

Malay Tiger

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'Santé'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Sponsors
    • Bannières
  • Avant tout...
    • Présentation (présentation obligatoire pour tout les nouveaux inscrits)
    • Les Règles
  • La Fonte
    • Programme d'entrainement
    • Exercices et Techniques de musculation
    • Photo des Membres
    • Carnet Training
    • Autres
  • Le Poids de Corps
    • Methode Lafay
    • Crossfit
    • Street Workout & TRX
    • Photo des membres
  • Nutrition
    • Questions
    • Prise de Masse
    • Regime / Sèche
    • Études scientifiques et cliniques sur les compléments alimentaires
    • Les Complements
    • Les Recettes
    • Carnet Nutrition
    • Santé
  • Les Stéroïdes Anabolisants
    • Profil des stéroïdes anabolisants
    • Les stéroïdes anabolisants
    • Les Hormones
    • PCT / Relance
    • Les labos
    • Vos Cures
    • Carnet de Cure
    • SARMS
    • Autres
  • Compétition
    • Préparation
    • Bodybuilders Pro / Fitness Models
    • Powerlifters
  • Le Bistrot
    • Discussions Générales
    • Achat / Vente
    • Autres Sports
    • Le Matériel de Musculation
    • Blessures
    • Concours entre Membres
    • Votre Salle / Votre GymClub

3 résultats trouvés

  1. Quelles sont les meilleures vitamines pour la musculation ? La question de la supplémentation est une question qui revient souvent dans le monde du bodybuilding. Qu’est-ce qu’il faut prendre ? en quelle quantité ? est-ce que ça fonctionne ? … Nous allons aborder ici le rôle des vitamines en tant compléments et vous aider à choisir les meilleures vitamines pour la musculation Lorsque l’on se met à chercher ce qu’il nous faut en matière de compléments alimentaires cela peut être frustrant parfois de ne pas savoir quoi prendre tellement ce qu’il y a sur le marché est vaste. Il s’agit de ne pas simplement faire comme le pote mais plutôt de choisir ses propres compléments avec ingéniosité. Rappelez-vous que chacun doit faire sa propre expérience de ce qui peut fonctionner pour lui ou pas Alors de quelles vitamines avons-nous réellement besoin en musculation ? On oublie alors trop souvent que les cellules de notre corps en particulier les cellules musculaires ont besoin de certaines réactions biochimiques pour fonctionner, pour croitre ou simplement se maintenir Ces réactions dépendent souvent de vitamines spécifiques qui agissent comme catalyseur ou comme opérateurs de ces réactions Sans ces vitamines, rien ne se passe. Et alors si l’une de ces substances critiques venait à manquait alors les progrès que nous mettons tant de temps à réaliser seraient anéantis. En réalité toute production d’énergie et tout processus de croissance musculaire se base sur une utilisation de vitamines. Sans vitamines, la masse musculaire se consumerait, la densité des os diminuerait et tout le corps s’affaiblirait. Les vitamines se classent en 2 catégories : les liposolubles et les hydrosolubles. Les liposolubles (vitamines, A, D, E, K) sont appelées ainsi car stockées dans les tissus adipeux et non pas à être rechargées tout les jours.Elles sont stockées d’où l’importance de surveiller vos apports afin de ne pas être en surdose. Les hydrosolubles sont surtout les vitamines B (toutes). elle ne sont pas stockées et doivent être apportées tous les jours dans l’organisme principalement par la nourriture. Toutes les vitamines sont utiles et bonnes pour la santé mais voyons donc le top 11 des vitamines dont nous avons besoin quotidiennement dans la pratique régulière de la musculation (y compris la prise de masse) Ce sont les meilleures vitamines pour la musculation 11. Cobalamine (Vitamine B12) Les fonctions de la vitamine B12 sont nombreuses mais les plus importantes pour la musculation sont l’assimilation des glucides par l’organisme et la maintenance du système nerveux (notamment dans le transport du signal nerveux le long de la colonne vertébrale). La stimulation des muscles via les nerfs est un point important pour la croissance musculaire. 10. Biotine (Vitamine B8) La Biotine est importante quand à elle dans la production d’énergie et l’utilisation des acides aminés par le métabolisme. Attention si certains bodybuilders ont des soucis avec la vitamine B8 c’est parce qu’elle est bloquée par l’avidine, une substance trouvée surtout dans les blancs d’œuf crus. 9. Acide Folique (Vitamine B9) L’acide folique est la grenade incendiaire des vitamines. Elle donne du punch au métabolisme. Favorise l’assimilation des acides aminés et l’utilisation des sucres pour la production d’énergie.En d’autres termes, il vous aide à construire du muscle en mobilisant les glucides et les sucres de votre corps. Il favorise la synthèse protéique. Il est indispensable au fonctionnement cellulaire et intervient dans la réparation de la cellule. Le Dr Atkins recommande 400microgrammes de vitamine B9 par jour. 8. Riboflavine (Vitamine B2) La Riboflavine intervient dans la production d’énergie dans 3 secteurs : 1/ le métabolisme du glucose, 2/ l’oxydation des acides gras 3/ le transport d’ions d’hydrogène a travers le cycle de Krebs. Les études montrent qu’il y a un lien important entre un niveau adéquat de vitamine B8 et la masse musculaire maigre. 7. Vitamine A La vitamine A aide à la vision. Mais elle est aussi très bénéfique pour la synthèse des protéines, le facteur clé de la croissance musculaire. Elle intervient aussi dans la production de glycogène , l’énergie stockée en cas de besoin notamment pour des exercices de hautes intensités. 6. Vitamine E La vitamine E est un puissant antioxydant elle aide à protéger la membrane des cellules. On parle beaucoup des antioxydants comme des éléments indispensables pour la santé en général. Ils contrent les effets des radicaux libres. Suffisamment d’antioxydants limitent les effets de ces radicaux et concourent au processus de réparation et de croissance musculaire. 5. Niacine (vitamine B3) Cette vitamine est impliquée dans prés de 60 processus métabolique liés à la production d’énergie. Elle garantie de l’énergie en continue pour les athlètes et sportifs. Même si la niacine n’est pas suffisamment apportée par la nourriture , le corps peut la fabriquée à partir d’un acide aminé , le tryptophane , qu’on trouve en quantité dans la viande de dinde. La vitamine B3 est aussi connue sous le nom acide nicotinique qui aide à la vasodilatation. 4. Vitamine D La Vitamine D joue un rôle dans l’absorption du calcium et du phosphore. Le calcium est nécessaire à la contraction musculaire. En cas de manque de de calcium , le muscle ne peut pas pleinement se contracter. Bien sur le calcium est aussi nécessaire aux os. Le calcium du lait n’est pas le meilleur pour l’organisme bien au contraire. Je lui préfère celui des graines de sésame bien plus assimilable. Le Phosphore aide quant à lui a avoir des rapides et puissantes contractions musculaires utilisées dans la plupart des mouvements de musculation. Le Phosphore est aussi utilisé dans la synthèse de l’ ATP (Adenosine Triphosphate), une molécule d’énergie utilisées par le muscle durant la contraction. 3. Thiamine (vitamine B1) La vitamine B1 construit aussi vos muscles. Utilisée dans le métabolisme des protéines, elle sert aussi dans la formation de l’hémoglobine , dans les globules rouges transportant l’oxygène dans tout l’organisme. Fait marquant , en tant que complément alimentaire cette vitamine st une des seules qui semble nettement améliorer la performance dans les séances d’entrainement. Plus votre séance sera intense plus votre corps aura besoin de Thiamine en conséquence. 2. Vitamine B6 (Pyridoxine) Comme la Thiamine, les etudes tendent à montrer que la vitamine B6 contribue aussi à la performance générale en tant que complément alimentaire. Cette protéine a un lien direct avec la consommation de protéines. Il semble que plus vous ingurgitez de protéines et plus vous avez besoin de Vitamine B6. Il est en outre indispensable à la synthèse des protéines et donc à la construction musculaire. 1. Vitamine C (Acide Ascorbique) La plupart d’entre nous ne réalisons pas combien est importante la vitamine C dans nos progrès. C’est la vitamine la plus étudiée dans la nutrition sportive. En quoi cette vitamine est si importante. Tout d’abord c’est aussi un antioxydant tout comme la vitamine E , elle protège de la dégradation des cellules musculaires, favorise réparations et croissance. Ensuite la vitamine C est impliquée dans le métabolisme des acides aminés, surtout dans la formation du collagène qui est le constituant principal de notre tissu corporel ce qui relie par exemple les muscles aux os. Troisièmement, la vitamine C aide à l’absorption du fer qui lui aide au transport de l’oxygène dans le sang. Sans suffisamment d’oxygène dans le sang, vos muscles s’affaiblissent. Quatrièmement, cette vitamine participe à la libération de certaines hormones, notamment la testostérone indispensable a l’anabolisme musculaire. Enfin, la vitamine C est très soluble. Elle se disperse rapidement dans le corps humain. Ainsi plus vous prenez de muscles, plus la concentration de vitamine C diminue dans votre corps D’où l’importance de se supplémenter en vitamine C quotidiennement Conclusion Soyez vigilants concernant votre apport quotidien en vitamines. Si vous n’êtes pas certain que votre alimentation est suffisamment variée pour vous apporter vos besoins quotidiens en vitamines prenez-en en compléments.
  2. Inhibiteurs de la myostatine

    Inhibiteurs de la myostatine. Découverte de différents inhibiteurs de la protéine Plusieurs méthodes sont étudiées pour bloquer (inhiber) l’action de la myostatine : - Piéger la myostatine active par des anticorps. - Inactiver la myostatine par un propeptide synthétique. - Augmenter l’expression d’inhibiteurs naturels de la myostatine comme la follistatine. - Rendre inactif les récepteurs de la myostatine fixés sur les cellules squelettiques. 1er méthode : Piéger la myostatine active par des anticorps Cette méthode consiste a administrer des anticorps appeler MYO-029 contre la myostatine qui bloquerais alors sont action. « Le laboratoire américain Wyeth avait lancé en 2005 un essai clinique. L’objectif de l’essai est d’évaluer la tolérance et l’effet de MYO-029 sur des patients atteints de myopathie de Becker, de dystrophie faciaux-scapulo-humérale ou de myopathie des ceintures L’essai concerne 108 patients adultes certains recevront le traitement d’autre un placebo le traitement dura 6 mois aavec 1 injection toutes les 2 semaines. Le 11 mars 2008 l’essai et abandonné car à petites doses le traitement n’est pas efficace et à hautes doses il provoque une hyper sensibilité cutanée. » 2e méthode : Inactivation de la myostatine par un propeptide synthétique l’autre façon de bloquer les effets de la myostatine serait d’administrer un propeptide synthétique nommé HMP afin d’inactiver la myostatine. 3e méthode : un inhibiteur naturel : la Follistatine Les Folliostatines sont des protéines faisant elles aussi partie de la famille des TGF-β. C’est un antagoniste naturel de la myostatine. Plus simplement, la follistatine augmente l’expression d’inhibiteurs naturels de la myostatine. En réalité, la follistatine n’inhibe pas que la myostatine mais également d’autres protéines de la même famille. 4e méthode : Rendre inactif les récepteurs de la myostatine La myostatine active viendrait se fixer sur une protéine l’ACE -031 mimétique du récepteur naturel. En 2009, l’agence Acceleron Pharma s’est lancée dans des essais cliniques sur ces leurres. « Phase I ; test de l’ACE-031 chez 6 femmes ménopausées. Les résultats plutôt satisfaisants ont permis de débuter, en 2010, une phase II, visant à évaluer l'innocuité, la tolérance de différentes doses d'ACE-031 pendant 12 semaines, chez 88 patients atteints de DMD et traités par corticothérapie. Au bout de ces 3 mois, une extension de cette phase II pendant 12 semaines supplémentaires avait été mise en place chez 76 de ces participants. l’étude est interrompue chez certains participants atteints de saignements mineurs du nez et des gencives et de dilatation des vaisseaux sanguins de la peau on commençé à apparaitre. » Source : http://tpe-myostatine.blogspot.fr/2011/12/quest-ce-que-la-myostatine-questce-que.html
  3. La myostatine

    LA MYOSTATINE Myostatine et dopage : La souris hypermusculaire ! La souris hypermusculaire ! Un papier récent dans PLOSOne par Se-Jin Lee et al. montre des souris qui ont l'air d'avoir fait du body-building. Ces souris ont jusqu'à 4 fois plus de muscles que les lignées sauvages. Une news dans nature (intranet) explique qu'ils ont en fait activé le gène de la follistatine qui inactive la myostatine (une protéine régulatrice du groupe des TGF-ß ) Une comparaison... étonnante ! Pourtant seule la souris est génétiquement modifiée ! On sait que la myostatine est un régulateur de la masse musculaire : elle intervient pour en réduire les excès. La follistatine bloque la myostatine et enlève toute limite à la croissance des muscles.(Et elle a d'autres rôles dans la régulation hormonale) Il semble (Pearson 2004) que des cellules souches dormantes se cachent parmi nos cellules musculaires, et se réactivent lors de forte activité ou de blessures, produisant alors de nouvelles cellules. La Myostatine interviendrait pour signaler l'arrêt de production de tissus. On a observé (Schuelke et al. 2004) un enfant à Berlin qui a une mutation bloquant la myostatine. (AP Photo/New England Journal of Medicine, HO) A l'age de 7 mois cet enfant était déjà très solidement campé sur des jambes herculéennes. A 5 ans il est capable de tenir un poids de 3.5 kg à boout de bras. Ce que certains adultes ne peuvent faire. Pas étonnant que le dérèglement de cette protéine produisent de pareilles hypertrophies ! Qu'est-ce que cette protéine ? Vous le savez probablement, depuis n'importe quel ordinateur connecté (donc dans nos écoles aussi ) on peut accéder facilement à des informations sérieuses, à jour et de haute qualité : Position du gène Myostatine parmi les chromosomes humains (Map Viewer) (Solution) Position du gène Myostatine sur le chromosome 2 et accès à sa séquence et aux infos sur le gène (Map Viewer) (Solution) Séquences du gène Myostatine (ADN, ARN, Protéine) : (Entrez Gene) (solution) Description de la protéine et de son rôle : (OMIM) (solution ) le premier paragraphe suffit déjà bien. La follistatine est sur le chromosome 5 (solution) C'est aussi un inhibiteur de la FSH Cette biologie-là est de plus en plus centrale dans le travail de tous les biologistes, et nous ne pouvons guère l'ignorer... Deux cours de formation continue proposés dans la brochure : l'un La biologie a changé : Comment enrichir mes cours? permet de se familiariser avec ces approches. Et pour ceux qui ont déjà suivi ce cours un approfondissement est proposé avec des experts de domaines variés de la biologie. Pour la santé ? Afin de prévenir l'affaiblissement avec l'âge qui mène à des chutes, on peut espérer que cette voie puisse aider les seniors. En effet jusqu'ici les essais avec la Myostatine ont été décevants chez l'homme. Il semble bien que la myostatine soit plus rare que chez la souris et que d'autres circuits interviennent chez nous, or justement la Follistatine semble agir en l'absence de Myostatine. Dans l'agroalimentaire ? C'est intéressant de noter que cette myostatine est impliquée dans plusieurs cas de développement excessif de la musculature : une lignée de taureau (Belgian Blue) est apparue naturellement défectueuse pour ce gène de la myostatine et il parait vraiment hypertrophié ( mais il produit de la viande abondante et maigre) : Pour l'anecdote, on peut en voir de beaux spécimens et le prix de l'inséminaiton ici. Pourtant ces bêtes pourraient être étiquetées BIO. Ils ne sont pas OGM puisque la mutation s'est produite naturellement. (On sent le débat sur ce qu'est le naturel sourdre...) Et le dopage génétique ? Et évidemment la question du dopage génétique - à l'approche des jeux de Beijing - se pose de plus en plus ... Un article de Scientific American (Sweeney, Lee et. al. 2004) l'envisage (ici) : alors que les thérapies géniques ont jusqu'ici eu des effets peu durables et plutôt risqués, David Adams (2001) craint que cela n'arête pas des sportifs avec une date décisive et la médaille en ligne de mire... Source : American Scientific Certains iront-ils jusqu'à tenter des modifs génétiques pour bloquer la Myostatine ? D'autres choisiront-ils plutôt de s'injecter un gène qui leur fait produire plus d'EPO ? Pourtant des études animales (S. Zhou, et al. 1998), de thérapie génique à l'EPO les niveau de globules rouges ont cru si rapidement (de 40 à 75% en 10 semaines) qu'il a fallu diluer leur sang régulièrement pour les maintenir en vie ! Et les tendons, les os, tiendront-ils le coup ? Est-ce que ces risques les arrêteront ? Si on en juge par les cas de dopage chimique classique... pas sûr ! Sources Adam, David (2001) Gene therapy may be up to speed for cheats at 2008 Olympics Nature 414, 569-570 (6 December 2001) | doi:10.1038/414569a | Intranet Michael Hopkin (2007)Mighty mice could yield human treatments Super-sized animals may pave way for new drugs and bigger livestock. Lee Sweeney H. (2004)Gene Doping Scientific American July 2004 Lee S (2007)Quadrupling Muscle Mass in Mice by Targeting TGF-ß Signaling Pathways. Pearson Helen (2004)Muscles release secret of strength 16 July 2004; | doi:10.1038/news040712-17 Schuelke M, Wagner KR, Stolz LE, Hübner C, Riebel T, et al. (2004) Myostatin mutation associated with gross muscle hypertrophy in a child. N Engl J Med 350: 2682-2688. S. Zhou, J. E. Murphy, J. A. Escobedo & V. J. Dwarki, (1998) Gene Therapy 5, 665-670; Source : http://tecfa-bio-news.blogspot.fr/2007/09/bio-reviews-myostatine-et-dopage-la.html
×